Une analyse de sang pour prédire la sévérité de l’autisme

Mis à jour : févr 18


Faisant partie des troubles envahissants du développement (TED), l’autisme est un syndrome comportemental caractérisé par des altérations et des déficits marqués dans des domaines tels que la communication, les interactions sociales, etc. Sa prise en charge dépend de la précocité du diagnostic et de la sévérité de la maladie.


Un réseau de gènes liés au développement du cerveau du fœtus

Des études scientifiques ont permis d’identifier un certain nombre de gènes dits facteurs de risque de l’autisme. Toutefois, il ne suffit pas de les posséder pour qu’un enfant ne devienne autiste. Il est nécessaire que leur mutation affecte suffisamment le développement du cerveau du fœtus. Telle est la conclusion de nouveaux travaux menés par une équipe de chercheurs de l’université de Californie.Selon cette étude, il existerait un réseau de gènes impliqué dans le développement cérébral qui dépend des premiers. Présent dans des globules blancs d’enfants autistes, il est possible de le détecter par une simple prise de sang. La sévérité des troubles du spectre de l’autisme serait directement corrélée à son degré de dysfonctionnement.Autrement dit, plus ce réseau de gènes est sévère, plus l’autisme est sévère. Pour l’heure, si les gènes impliqués dans l’apparition de l’autisme ont pu être identifiés, les mécanismes sous-jacents demeurent méconnus. Néanmoins, l’évolution de la recherche laisse croire que cette maladie est un trouble progressif. Les changements, tant cellulaires que moléculaires, interviennent aux stades prénatal et postnatal précoce.


Un dépistage précoce avant l’apparition des signes comportementaux

Cette découverte revêt une importance vitale. Elle donne la possibilité de dépister les troubles du spectre de l’autisme et d’évaluer leur sévérité avant même que les signes comportementaux ne soient visibles. Il est en effet impossible de prélever le tissu cérébral du fœtus. De même, le cerveau d’une personne autiste adulte décédée ne contient plus les traces d’un développement atypique.Par contre, les cellules sanguines ont la capacité de se régénérer continuellement. Etant donné que la base génétique des troubles du spectre de l’autisme est très solide, certains signaux de développement dérégulés peuvent y être détectés. Les résultats de cette étude réalisés à partir de prises de sang de 226 garçons âgés d’un à quatre ans l’ont confirmé.Selon les auteurs, des échantillons sanguins ordinaires permettent d’analyser l’expression de centaines gènes, d’étudier leur impact fonctionnel et de prédire la sévérité de l’autisme. S’il est indispensable de mener d’autres études pour confirmer les résultats et prouver la relation de cause à effet, il reste également à concevoir les tests cliniques de diagnostic et de sévérité.


Retrouvez cet article sur : http://www.allo-medecins.fr/actualite/maladies/25092019,une-analyse-de-sang-pour-predire-la-severite-de-l8217autisme,1950.html


#génétique #dépistage #diagnostic #grossesse